La nécessité de mutualiser l’information géographique et de la maintenir à jour dans le cadre d’une infrastructure de données spatiales se concrétise par la publication de ‘Geostandards’ officiels : PLU, PCRS, CTMD, RAEPA, SUP, ANT …

De nouvelles dispositions législatives comme la Réglementation anti-endommagement rendent obligatoire la connaissance des réseaux urbains.

L’information locale elle-même est souvent disséminée au sein des services techniques et peu accessible.

Elle peut être issue de capteurs dynamiques localisés et temporels, et peut même émaner d’initiatives citoyennes (crowdsourcing).

Le BIM s’inscrit naturellement dans ce processus et participe à l’élaboration de systèmes de supervision urbains

Une situation complexe…

… qui aboutit à une scène 3D simple et cohérente

BIMSIG2.png

Nécessite WebGL - la visionneuse web CityEngine n’est actuellement pas prise en charge sur les appareils mobiles.

Au-delà des contraintes légales, la mise en place d’un ‘City Information Model’ peut être d’une valeur inestimable pour:

  • Faciliter les échanges en interne et au-delà  

  • L’analyse urbaine

  • L’analyse des équipements et des espaces sur un territoire

  • L’intervention sur les équipements : pilotage et supervision

  • L’occupation des espaces

  • La consommation d’énergie

La mise en oeuvre d’une telle plateforme procure en outre une nouvelle dynamique de travail et de responsabilité

En termes de bénéfices:

  • La donnée territoriale, sous toutes ses formes, est reconnue à sa juste valeur

  • Son accès est libéré par de nouvelles réglementations

  • L’accès à l’information est banalisé, s’appuyant sur des technologies cloud, mobile, dans l’organisation et vis-à-vis de l’extérieur

  • Le citoyen devient de plus en plus acteur numérique de la Cité et attends de la transparence de la part de l’organisation


L’irruption de la 3D dans le SIG permet en outre d’envisager de nouveaux usages:

  • Prise en compte du contexte urbain lors de la conception du projet architectural (relief, foncier, réseaux, urbanisme …)

  • Vérification de la conformité du projet vis-à-vis des règles d’urbanisme

  • Simulation: capacité pour le Maître d’Ouvrage à évaluer l’impact du projet

  • Geodesign: vers une approche holistique dans le processus de création avec l’ensemble des parties prenantes

  • Gestion et maintenance adossé à un patrimoine géolocalisé.

La mise en œuvre d’une plateforme SIG moderne, partagée et collaborative, actualisée et publiée nécessite toutefois un niveau de technicité et une bonne connaissance des différents domaines applicatifs, des modèles de données,  la pratique de logiciels spécialisés, ainsi qu’une expérience éprouvée dans la mise en œuvre de tels systèmes